ACCUEIL ARCHIVES CONTACT


TEXTES LIÉS


RIEZ SANS (É)MOI



Une recette chinoise



La sortie de Old Beast (Zhou Ziyang) en Chine, fin 2017, nous donne l'occasion de rappeler ici les travers récurrents du cinéma chinois d'« auteur petit-malin » formaté de notre époque. La recette est maintenant bien connue :

Les ingrédients :

Des frais importants à payer pour la santé d'une personne (personne âgée, accidentée, handicapée, etc.).

Une autre personne dans la mouise qui est responsable de la première personne et doit payer ses frais médicaux.

Si vous avez dans votre tiroir une personne qui en plus a des dettes de jeu, c'est mieux. Vous l'avez compris, « argent » est l'ingrédient-clé.

Une famille, une pincée d'amis qui ne veulent/peuvent pas aider.

Un sachet de contradictions épaisses.

Un arôme final artificiel (une rédemption de pochette-surprise, par exemple).

Les ustensiles :

Un naturalisme bien passe-partout.

Une photo grisaille.

Éventuellement quelques plans fantaisistes et mystérieux pour en foutre plein la vue, si vous avez de grosses prétentions artistiques.

La réalisation :

1/ Nettoyez bien les contradictions pour qu'il n'en reste absolument aucun élément politique risqué. Ne gardez que les plus grosses, celles qui concernent les comportements individuels et «culturels» (les questions de «face» et d'honneur personnel feront, pas exemple, de très bons retournements de situation).

2/ Pendant 1h30, forcez le trait mais réservez le passé des personnages, en bref faites tout pour que les spectateurs puissent les juger le plus grossièrement possible.

3/ Puis, la dernière demi-heure, retournez tout, saupoudrez avec le passé, pour inverser la tendance et montrez aux spectateurs qu'ils se sont trompés sur leurs jugements des personnages. Attention, c'est casse-gueule, mais ne vous inquiétez pas, misez sur le fait que lorsque arrivera la conclusion, les spectateurs perdus qu'il faudra in fine faire pleurer avec l'arôme tire-larmes artificiel auront déjà oublié la première moitié du film.

C'est fini, vous obtenez un film où chacun est renvoyé dos à dos dans sa médiocrité grise, digne d'une soupe chinoise dans laquelle les différentes saveurs doivent impérativement se neutraliser !

*