La mort lui va si mal

Autour des textes du site

Re: La mort lui va si mal

Messagepar soren » Ven 20 Juil 2012 08:30

Les deux crétins ont fait fort sur l'émission Godard... on se demande bien pourquoi la Brenez a accepté de venir faire la cloche... un petit livre à présenter ?
Avatar de l’utilisateur
soren
 
Messages: 59
Inscription: Jeu 19 Juil 2012 21:25

Re: La mort lui va si mal

Messagepar Karlos » Ven 20 Juil 2012 20:17

soren a écrit:Les deux crétins ont fait fort sur l'émission Godard... on se demande bien pourquoi la Brenez a accepté de venir faire la cloche... un petit livre à présenter ?


L'émission du jour précédent volait déjà assez haut avec son sujet de merde : "de quoi les images sont-elles coupables ?" et un Giannoli odieux et rance (comme ses films) qui ferait mieux d'arrêter de tourner s'il est tellement dégoûté que cela par les images et s'il est aussi incapable de comprendre rien à rien au cinéma, ça nous épargnerait ses navets. On apprend que Frodon fait partie des happy-few à qui il a montré la comédie inédite de Jerry Lewis sur les camps, ça nous fait une belle jambe, on est bien content pour lui, ça doit bien lui permettre de se faire mousser ici ou là grâce à ça...

En bref, cette émission est naze. De toute façon, je vois pas trop ce qu'on pouvait attendre d'autre de Thoret...
Karlos
 

Re: La mort lui va si mal

Messagepar soren » Sam 21 Juil 2012 22:26

Karlos a écrit:L'émission du jour précédent volait déjà assez haut avec son sujet de merde : "de quoi les images sont-elles coupables ?" et un Giannoli odieux et rance (comme ses films) qui ferait mieux d'arrêter de tourner s'il est tellement dégoûté que cela par les images et s'il est aussi incapable de comprendre rien à rien au cinéma, ça nous épargnerait ses navets.


On n'a pas fini d'entendre le refrain se répéter après la tuerie aux usa.

Propos de Nolan :

"Je ne prétendrais pas connaître quoi que ce soit des victimes, si ce n'est qu'ils étaient là pour voir le film la nuit dernière [jeudi soir, ndlr]. Je crois que les films sont l'une des grandes formes d'art américaines, et l'expérience partagée que constitue la découverte d'une histoire se déroulant à l'écran est un passe-temps important et joyeux", a ensuite ajouté le metteur en scène. "Le cinéma est comme ma maison, et l'idée que quelqu'un puisse violer ce lieu innocent et plein d'espoir, d'une façon aussi insupportablement sauvage, me dévaste. Rien de ce que nous pourrons dire ne sera suffisant pour exprimer nos sentiments envers les victimes innocentes de ce crime épouvantable, mais nos pensées vont vers eux et leurs familles."


L'heure est à la consternation...

(c'est pas la même maison que Daney - la/ma -, évidemment)
Avatar de l’utilisateur
soren
 
Messages: 59
Inscription: Jeu 19 Juil 2012 21:25

Re: La mort lui va si mal

Messagepar Karlos » Lun 6 Aoû 2012 23:14

soren a écrit:Dirty Harry est-il devenu démocrate ?

--> http://www.franceinter.fr/emission-pendant-les-travaux-le-cinema-reste-ouvert-dirty-harry-est-il-devenu-democrate

Benoliel revient sucrer les fraises.

Tout cela a été remis en cause des centaines de fois par des gens plus sérieux, au-delà de ces bavardages... je comprends pas pourquoi les types qui défendent encore Eastwood de cette manière n'acceptent pas leurs propres positions et opinions politiques réactionnaires au lieu de tenir à en faire un type progressiste. Défendre Eatwood, c'est bien souvent une opération de mauvaise conscience.

La conclusion c'est quand même que oui, le mec est devenu "démocrate", parce qu'il a tourné Invictus !

...


PRESIDENTIELLE AMERICAINE - Il a fait son choix. Le célèbre réalisateur américain Clint Eastwood apporte son soutien au républicain Mitt Romney, qui affrontera Barack Obama dans trois mois lors de la présidentielle américaine. Il a officialisé sa position à l'occasion d'une apparition en public, vendredi 3 août, à une collecte de fonds en faveur du candidat républicain, dans l'Idaho (nord-ouest des Etats-Unis).

"Le pays a besoin d'un coup de fouet", a déclaré Eastwood à des journalistes pour justifier ce soutien. "Ça fait vraiment plaisir", s'est félicité Mitt Romney, aux anges.

Jusqu'à présent, personne ne savait trop pour qui roulait le cinéaste, plutôt engagé par le passé au côté du Parti républicain. Début février, une publicité pour Chrysler diffusée à la mi-temps du Super Bowl avait semé le trouble. Ce spot, qui racontait la renaissance industrielle de la ville de Detroit, avait été perçue comme un soutien déguisé à Barack Obama, notait Le Monde. Mais il avait démenti les intentions qui lui étaient prêtées en déclarant ne soutenir aucun candidat, et certainement pas Barack Obama.

Les choses ont donc changé. Face aux quelques centaines de personnes réunies à cette collecte, Eastwood a livré le fond de sa pensée : "Mon Dieu, ce gars est trop beau pour être gouverneur, mais on dirait vraiment qu'il pourrait être président !" Plus sérieusement, le réalisateur a expliqué que la justice fiscale était la première de ses motivations, affirmant que Romney restaurerait un système fiscal "décent".


http://www.francetvinfo.fr/etats-unis-clint-eastwood-soutient-le-republicain-mitt-romney_126139.html

Notez que cela veut rien dire, peut-être qu'il fait tout simplement croire qu'il est républicain mais en secret il vote démocrate, au fond de son coeur et de son âme (et non de son porte monnaie), là où certains critiques le scrutent, il est sans doute démocrate, peut-être même sans le savoir lui-même, blablabla blablabla...
Karlos
 

Re: La mort lui va si mal

Messagepar _ » Sam 16 Fév 2013 23:43

casseur a écrit:
_ a écrit:c'est pourtant là-bas (et le texte sur Hereafter s'inscrit dans cette continuité), me semble-t-il, que les années 2000 ont été les moins tendres et les plus rigoureuses dans l'analyse des films d'Eastwood.



Que penses-tu de la BA du prochain Spike Lee :



Je l'ai regardé jusqu'au bout parce que je n'avais vraiment rien d'autre à faire. C'est, à l'image de la BA, totalement nul. Trois choses à retenir :

- Spike Lee officialise ici son côté cul béni hyper lourdingue (et le final inattendu ne doit surtout pas remettre en question toutes les bondieuseries et les prêches qu'on doit se taper tout le reste du film, tout indique absolument le contraire - il s'agit avant tout d'un chemin de croix). Il assomme par sa pseudo-réflexion sur la religion et les nouvelles technologies, c'est poussif, le principal étant de créer un consensus afin que chacun s'y retrouve et qu'on se quitte sur une bonne entente (le final : je te donne ma croix, tu me donnes ton IPAD).

- Sa mise en scène (si on peut encore user d'un tel mot pour définir le film) est complètement à bout de souffle, du grand grand n'importe quoi du début à la fin, je vois rigoureusement rien à sauver : c'est cadré n'importe comment, les mouvements de caméra sont répétitifs et systématiques (lors des longs prêches notamment), la photo atroce et il se croit obligé au milieu de tout ça de nous balancer deux ou trois effets prétentieux qu'il ressert à chaque coup (et qui ne sont même pas de lui) pour se la jouer auteur.

- Une curieuse manière de faire de la publicité pour Apple dans deux ou trois passages, dont la fin du film qui, elle, est carrément un spot de réclame (hideux) pour la tablette du constructeur. Pensant que la marque avait sans doute financé en partie le film, j'ai regardé le générique final, et, oh surprise, en en-tête de la liste des sponsors (où on retrouve bien sûr Apple) on peut lire "Saints" ??!! C'est probablement une blague ironique, guère plus fine que le contenu du film.
Avatar de l’utilisateur
_
 
Messages: 66
Inscription: Mar 8 Mai 2012 17:54

Re: La mort lui va si mal

Messagepar _ » Dim 17 Fév 2013 14:06

Pour revenir sur "Red Hook Summer", Spike Lee me semble déstabilisé -comme d'autres- par l'avènement de la série TV (il y a d'ailleurs plusieurs clin d'oeil à "The Wire" dans le film qui m'orientent dans cette voie, notamment un passage au commissariat totalement inutile, uniquement là pour qu'on reconnaisse l'acteur de la série et qu'il lâche en fin de séquence son "shiiiiiit !" devenu d'anthologie). Il ne sait visiblement plus ce qu'est un long-métrage (je crois qu'il est lui-même passé par la case série avant de faire ce film, à vérifier). La narration est malade, rien ne fonctionne, il enquille des séquences d'une mollesse insupportable, se répète, pendant deux heures et demie (sic), comme si faire un long-métrage pour lui c'était uniquement se débarrasser des artifices narratifs inhérents aux séries et laisser se dérouler le temps peinard, en filmant et montant totalement en roue libre. Non : il faut du rythme et il n'y en a aucun, et/ou il faut des choses à contempler et il n'y en a aucune, et/ou il faut des choses à raconter et l'histoire tient sur un ticket de métro, et/ou il faut des personnages et il n'y a que des stéréotypes, et/ou il faut de la réflexion et tout est prémâché et sans relief, etc, etc.
Avatar de l’utilisateur
_
 
Messages: 66
Inscription: Mar 8 Mai 2012 17:54

Re: La mort lui va si mal

Messagepar _ » Sam 4 Avr 2015 09:29

Apparemment Monte Hellman a émis des critiques sur le dernier film d'Eastwood ("Americain Sniper") sur facebook. Je n'ai pas les sources exactes, donc information à prendre avec des pincettes. J'ai justement regardé hier un de ses premiers films, un film de guerre (le conflit aux Philippines pendant la seconde guerre mondiale) fauché (mais plutôt bien foutu niveau mise en scène), "Back Door To Hell" (1964). Hellman devrait revoir ses propres films parce que c'est quand même pas beaucoup mieux que le film d'Eastwood. Il y a vaguement un embryon d'interrogation sur la guerre (le regard que le soldat porte sur l'"ennemi"), mais totalement noyé dans une situation de film de guerre tout ce qu'il y a de plus classique. Le film se termine, est liquidé, sur des images d'un débarquement et des bombardements américains, puis les médaillons des deux soldats us morts dans le film avec pour légende : "To all who fought and died ... God rest them and God forgive us all (editors of LIFE)"...
Avatar de l’utilisateur
_
 
Messages: 66
Inscription: Mar 8 Mai 2012 17:54

Re: La mort lui va si mal

Messagepar casseur » Mer 30 Nov 2016 08:49

_ a écrit:Sinon, à propos d'Eastwood :

“I am certainly not politically affiliated with Mr. Obama,” Eastwood told Fox News Channel on Monday. “I am not supporting any politician at this time.”


http://www.hollywoodreporter.com/news/super-bowl-chrysler-clint-eastwood-Obama-287373

à l'occasion d'une polémique à la con autour d'une pub du superbowl aux USA...


Bon, cette fois il a clairement supporté Trump (contre tous, fidèle aux personnages de ses films, ou c'est l'inverse). Ca change rien au fait que son dernier film, "Sully", est une grosse daube évidemment sanctifiée par la critique toujours adepte des films de vieillards qui radotent (au sens propre, il y a des séquences d'au moins deux minutes répétées deux fois dont le film pouvait très bien se passer).

C'est chiant à mourir (pourtant ça dure seulement 1h30) car sans aucun enjeu ou intérêt (attention à ne pas piquer du nez sur la fin, quand on bascule dans le film-procés pour achever les spectateurs), Hanks est insupportable avec ses postiches à surjouer pour l'Oscar alors qu'il n'a grosso-modo rien du tout à jouer, c'est toujours la même histoire qu'Eatswood nous ressort ad nauseum et à toutes les sauces (un type est seul contre tous, et bien sûr c'est lui qui a raison contre les autres, ce qui en fait un héros - si possible national), les effets spéciaux sont (comme d'hab chez Eatswood) dégueulasses, la photo est toujours grisâtre à donner envie de se pendre (le chef op fait sans doute un concours avec notre Champetier nationale), la mise en scène académique (mais comme c'est Eastwood, il faut plutôt dire "classique").
casseur
 

Re: La mort lui va si mal

Messagepar casseur » Ven 1 Sep 2017 11:38

Hello les revenants !

Je vous conseille un film antidote au puant '"American Sniper" d'Eastwood, c'est aussi un film us qui est passé assez inaperçu au début de l'été : "The Wall". Le film est signé Doug Liman, qui est un faiseur hollywoodien efficace. Il met ici son savoir-faire dans un film très simple et sobre (le désert et un mur en pierre qui sépare un GI et un sniper américain retranchés et un sniper irakien, avec des positions qui s'inversent assez vite entre le début du film et la suite) et surtout assez jusqu'au boutiste dans sa critique de la présence usienne en Irak. On est toujours du côté des soldats américains, comme d'habitude, mais le sniper irakien est un fantôme qui profite du fait qu'il est caché pour dégommer, au sens propre comme au figuré, l'héroïsme et l'interventionnisme américain. Son absence est ici utilisée comme une force et un ascendant psychologique sur les soldats US qui le conduiront d'ailleurs, comme il le prévoyait avec assurance, à "gagner". La mise en scène parvient très bien à nous placer psychologiquement du côté des soldats US qui sont évidemment dans cette situation locale dans une position d'infériorité et de victimes, tout en n'hésitant pas à déjouer cette position confortable et habituelle (pour la propagande) en défendant jusqu'au bout la position du sniper irakien qui fait valoir pour lui et son peuple le statut global de victime de la guerre et de l'occupation américaine. Le film commence avec deux GIs stéréotypés qui friment à coups de "fuck" et de "shit", et se termine sur une carcasse d'hélicoptère de l'armée américaine.

Franchement je suis étonné que Liman ait pu aller aussi loin, surtout en n'épargnant rien aux deux soldats jusqu'à la fin du film, en d'autres temps ce film aurait été jugé anti-patriotique et aurais sûrement été censuré ou remonté avec une fin différente. A côté, le dernier film d'Ang Lee entre chien et loup est juste de la rigolade, même si les CDC par exemple préfèrent voir le progressisme chez ce dernier car il a sa carte gold de "grand auteur"...
casseur
 

Précédente

Retourner vers référer ne pas conclure...

cron