Herzog, pas de trois

Autour des textes du site

Herzog, pas de trois

Messagepar Sword7 » Jeu 1 Fév 2018 22:29

Le 10 Mai 2011,

Chers tous,

Je vous envoie une série de cartes postales de Shanghai où j'ai assisté - et été chaleureusement invité à participer - à une rétrospective de "documentaires" de Werner Herzog au Goethe Institut de la ville. La paresse m'oblige à privilégier les cartes, les notes parcellaires, à la lettre, le texte somme, définitif - Burdeau, entre autre, a déjà tenté d'en écrire un en ouverture du livre-entretien Manuel de survie, que je ne trouve pas très convaincant. Mais elles seront nombreuses, c'est une promesse, quoique différemment identiques car toutes portées vers la même tentative de mieux cerner le cinéma d'Herzog ; postées dans un certain ordre, celui où les films ont été regardés. Vous voyez, je ne triche pas, ces cartes dont il est question et qui ne vous sont pas encore parvenues - pourtant tout est écrit -, elles seront bien le reflet le plus exact de plusieurs semaines passées à crapahuter derrière Herzog. J'ai vécu la violence des rapides et le calme du désert, les mystères de la forêt secrète et l'évidence abrupte des falaises. J'ai vu le spectateur-critique chercher son objet, fouiller dans les images, côtoyer toutes sortes d'espèces, fouler toutes sortes d'espaces, grimper, marcher, nager, voler, plonger, revenir enfin, rapportant de sa (con)quête avec lui, perplexe, un simple (ciné)fil à couper le beurre.

A plus tard…

JMR


http://www.scienezma.com/LMDLT/le_monde_et_la_maison_de_letre

Je suis repassé lire un peu tes textes sur Herzog, il va de nouveau y avoir quelques films du cinéaste projetés à Shanghai...

Je reposte ton intro car, je ne sais pas si tu as vu, mais Capricci a de nouveau publié un bouquin sur Herzog cet été, intitulé "Herzog, pas à pas" signé Aubron et Burdeau :

En cinquante ans et bientôt soixante-dix films, Werner Herzog a battu mille records et échappé autant de fois à la mort. Il est le seul cinéaste de l’histoire à avoir tourné sur les sept continents. Signes de vie et Grizzly Man, Aguirre, la colère de Dieu et Bad Lieutenant : Escale à La Nouvelle-Orléans : l’immensité de son œuvre éclaire le cinéma moderne. De préhistoires en apocalypses, de traversées du désert en retours triomphaux, l’itinéraire qu’il a tracé est unique. Comment ressaisir celui-ci dans sa totalité ? Et comment épouser les continuités et les évolutions du voyant, de l’écrivain, du marcheur que Herzog est aussi ? En allant non pas film à film mais période par période, idée par idée : pas à pas.


Le projet résonne curieusement avec tes textes et le passage de ton intro où tu mentionnes le texte de Burdeau....
Avatar de l’utilisateur
Sword7
 
Messages: 208
Inscription: Sam 9 Fév 2013 12:40

Retourner vers référer ne pas conclure...

cron