combats de Kechiche

Autour des textes du site

combats de Kechiche

Messagepar Largué » Jeu 8 Sep 2011 19:38

salut JM !

Tu as lu ça, pour une fois qu'il y a un truc pas trop con aux inrocks :

"Qu’elle est belle cette révolution. Comme beaucoup de gens, elle me grise. Parfois, j’ai le sentiment qu’elle vient de moi, qu’elle est l’expression de ma révolte face à l’injustice, qu’elle sort de mes propres tripes. C’est d’ailleurs plus une révolte des tripes que du jasmin, des roses ou de je ne sais quoi. C’est un véritable cri. Des hommes luttent, sacrifiant leur vie pour la dignité.

Lorsque les événements ont commencé, je me suis senti totalement solidaire, bien sûr, des émeutiers, mais je n’osais pas y croire et j’avais peur pour eux. J’assistais en témoin impuissant, sidéré, à ce courage populaire, spontané, exemplaire. Un peuple qui parvient à déstabiliser puis à renverser une dictature aussi redoutable que celle qui était en place depuis trop longtemps en Tunisie, ce n’est pas rien. Tout devient possible. C’est une belle leçon à la planète entière. En même temps qu’une véritable claque aux intellectuels, politiques, et artistes, dont je suis, qui n’ont rien su ou pu faire pour changer les choses.

Je souhaite de tout mon être une longue vie à cette révolte populaire, qu’elle continue à faire des petits à travers le monde arabe, bien sûr, mais pas seulement. Je rêve de la voir se propager à toutes les dictatures, mais aussi à toutes les démocraties corrompues, partout où sévissent l’injustice sociale, le mépris et l’humiliation des hommes. Je rêve d’un soulèvement de nos banlieues.”


http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/60035/date/2011-02-12/article/abdellatif-kechiche-je-reve-dun-soulevement-de-nos-banlieues/

C'est assez dans le ton de ton texte sur lui que je viens de découvrir et lire, non ?
Largué
 

Re: combats de Kechiche

Messagepar JM » Jeu 8 Sep 2011 22:47

Salut,

Merci Largué, t'es à la page ! ;) J'avais déjà lu un extrait de ce papier sur la fiche wiki de Kechiche en faisant des recherches, mais je ne connaissais pas l'intégral du document.
JM
 

Re: combats de Kechiche

Messagepar LorinL » Mer 28 Sep 2011 19:57

Salut JM,

Comme j'ai constaté que tu appréciais de joindre l'utile à l'agréable dernièrement en mettant des vidéos musicales pour accompagner tes textes, bel effort de montage à mettre à ton actif, j'envisageais que tu aurais indubitablement pu superposer celle-ci avec ton texte sur Kechiche :



En hommage à la "Vénus Noire", bien sûr !

J'imagine que tu connais déjà, non que je te soupçonne d'être un spécialiste du "derrière". :lol:
LorinL
 

Re: combats de Kechiche

Messagepar JM » Jeu 29 Sep 2011 22:39

Hello Lorin, comment va !

Non, je connaissais pas ce morceau de Jill Scott, c'est sur son dernier album ?

J'y pense, l'autre jour je suis tombé sur cette photo de "Donald Byrd dans le métro", en préparant un post pour un autre forum :

Image

Sa mise en scène m'a rappelé la séquence de Masculin, Féminin dans le métro avec le type qui parle du jazz, Bessie Smith, Bird ... malheureusement j'ai pas trouvé le passage sur youtube..

allez, un petit morceau pour la route :

JM
 


Re: combats de Kechiche

Messagepar {0} » Dim 9 Fév 2014 10:14

casseur a écrit:http://www.ouest-france.fr/municipales-abdelatif-kechiche-et-yannick-agnel-soutiens-destrosi-1916390

:shock:


Salut casseur,

Je suis étonné, mais seulement à moitié. Difficile de concevoir qu'une personne qui appelle à la révolution en France en 2011 (cf entretien Inrocks) sur le modèle des pays arabes puisse être le même que celui qui appelle à voter Estrosi en 2014. En même temps, le plus surprenant n'était-il pas ses propos tenus dans les Inrocks sur la révolution ?

Un message que j'avais posté sur Kechiche sur le forum des spectres du cinéma il y a quelque temps :

Oui, on entend des choses incroyables sur les conditions de tournage chez AK. Un manque de respect évident des droits des travailleurs. Pour autant, il n'est pas certain que cela soit en contradiction totale avec ses films. AK n'a jamais fait des films de militant, loin de là. Il a parfois fait mentionner par certains de ses personnages les dures conditions dans lesquelles ils travaillent dans un soucis de réalisme. La communauté n'est pas liée chez lui à des soucis et des revendications d'ordre politique. Dans "La graine et le mulet", c'est ça, non ? Les personnages qui intéressent vraiment AK sont, ce qu'on appelerait dans les pays anglo-saxon, des "battants", qui luttent individuellement dans les conditions sociales qui sont les leurs pour s'extirper de la nasse. Là encore, rien de plus exemplaire que "La graine et le mulet". Le portrait écœurant de la société des derniers films est en définitive moins là pour jeter l'opprobe sur celle-ci que pour justifier la lutte d'un ou plusieurs individus dans un milieu qui leur est hostile. De ce point de vue là, ta comparaison avec Eastwood est fort juste. Cela avait été vaguement discuté sur le forum des cahiers, dans un topic aujourd'hui deux fois perdu, doublement disparu.

Plus intéressant, et c'est là sans doute qu'il faudrait (ça c'est mon côté berger des penseurs perdus, hihi) approfondir pour savoir s'il y a contradiction ou non, ses battants (même de manière passive comme sa Vénus) échouent tous à la fin, tandis qu'à l'opposé AK, lui, ne cesse de multiplier les succès jusqu'à la consécration suprême (comme dirait le collègue de wootsuibrick expert en HHH) de la palme d'or. Alors que se passe-t-il au juste ? Pourquoi un type qui ne cesse de raconter dans ses films que le tissu social n'engendre que de l'exclusion, devient l'exemple même de l'intégration. Peut-être justement parce que ceux qui le priment ne correspondent pas trait pour trait à leur portrait brossé par AK dans ses films, qu'ils soient attachés à l'idéologie qui soutient que le travail mérite d'être récompensé, ou du moins que certains représentants visibles puissent témoigner de l'effectivité de cette idéologie. Cette main glaciale qui te tapotte sur l'épaule en te disant : "Mais non, Abdel, tu vois bien qu'on t'aime tous, toi et les comme toi. T'es un bosseur, tu mérites."

AK est-il "innocent", "coupable" ? Autrement dit est-il piégé par la machine "républicaine" quoi qu'il la mette en accusation, joue-t-il une partition bien huilée en connaissance de cause ? Son travail est-il simplement récompensé, sans aucune arrière pensée, pour ses très grandes qualités artistiques, comme tu sembles convenir de ce dernier point ?
{0}
 

Re: combats de Kechiche

Messagepar L'Ensemble vide » Dim 1 Nov 2015 18:55

Je m'étais fait la réflexion, en regardant "La vie d'Adèle", que Kechiche avait vraiment bien choisi Léa Seydoux pour jouer le rôle de sa petite bourgeoise, car cette actrice respire naturellement un éthos bourgeois assez insupportable.

Je le signalais ici d'ailleurs à propos d'un autre film, il y a déjà pas mal de temps :

"L'enfant d'en haut" d'Ursula Meier

Les acteurs sont insupportables, en particulier le gamin sans naturel qui donne systématiquement l'impression de réciter son texte, mais aussi Léa Seydoux dont on sent sans arrêt l'effort de composition et qui prouve qu'elle n'est pas plus douée que d'autres actrices de sa génération pour jouer des rôles de prolo (cf aussi Adèle Haenel totalement à côté de la plaque dans l'horrible "Après le Sud").


Et puis j'ai revu hier des extraits de "L'esquive", et il y a une scène dans la classe où la prof-metteur en scène décrit exactement ça à ses élèves à partir de la pièce de Marivaux. L'impossibilité pour un individu d'un milieu social donné d'échapper complètement à celui-ci, de se séparer totalement de ses habitus, y compris plus profondément dans le spectacle, la composition, ici le théâtre en l'occurrence. Il apparaît que Kechiche avait donc parfaitement conscience de ce qu'il faisait en la choisissant pour le rôle, c'est remarquablement bien manoeuvré.
L'Ensemble vide
 

Re: combats de Kechiche

Messagepar JM » Dim 15 Mai 2016 08:47

Roschdy Zem a fait son "Venus noire" version soft avec "Chocolat". On voit pas trop l'intérêt de faire ce film après celui de Kechiche qui était beaucoup plus âpre et méchant.

Avec son parcours d'un individu qui petit à petit fait son chemin, du cirque de foire au grand théâtre parisien, et malgré son final dramatique, le film de Roschdy Zem est finalement assez rassurant : il donne l'image d'une république française qui offre dès la fin du XIXIème des opportunités aux citoyens qui sont entreprenants et ont des idées, qui veulent réussir, quelque soit leur couleur de peau.

In fine, c'est toujours le public imbécile et « qui n'est pas prêt » (le film donne raison au clown blanc) qui juge négativement l'artiste et qui est jugé par le cinéaste et les spectateurs. Mais Roschdy Zem ne peut ignorer que les spectateurs de 2016 ont, dieu merci, déjà accepté l'idée qu'Omar Sy, par exemple, soit un acteur comme un autre, ni plus ni moins bon qu'un autre, au-delà de sa couleur de peau. On se retrouve donc avec un film de 2 heures dont la dynamique de long plaidoyer pour l'égalité gentillet tourne à vide pour aujourd'hui. Reste l'hommage à "Chocolat" et "Footit", spectacle apparemment resté dans les anales du cirque comme il est rappelé à la fin, mais cet hommage longuet à la réussite du duo de clowns est ambigu car il est accompagné d'une culpabilisation des spectateurs (ce spectacle, son exploitation et son succès ont un arrière-fond raciste). Nous avons donc l'impression d'un film pour rien, ou pas grand chose.

La police est largement montrée du doigt, dans un parallèle pour le coup explicite avec la situation des sans-papiers d'aujourd'hui (mais avec le processus d'identification habituel : regardez comme c'est injuste, même les meilleurs et les plus connus, ceux que vous aimez, peuvent être les victimes d'une rafle !).

Faudrait le revoir, mais il me semble que le film de Kechiche attaquait beaucoup plus en détail et de manière moins consensuelle les rouages du racisme, du racisme scientifique et politique (la scène à l'expo coloniale est complètement ratée par exemple, il fallait montrer ça pour Roschdy Zem, mais il ne sait pas du tout quoi en faire), et du racisme social français du XIXème (même si c'était plus le début que la fin du siècle). A tel point qu'on sentait dans son geste une violence toute contemporaine, non face aux spectateurs, mais face à la société (ce qui n'est pas tout à fait la même chose).
JM
 

Re: combats de Kechiche

Messagepar casseur » Dim 15 Mai 2016 21:27

JM a écrit:
Mais Roschdy Zem ne peut ignorer que les spectateurs de 2016 ont, dieu merci, déjà accepté l'idée qu'Omar Sy, par exemple, soit un acteur comme un autre, ni plus ni moins bon qu'un autre, au-delà de sa couleur de peau. On se retrouve donc avec un film de 2 heures dont la dynamique de long plaidoyer pour l'égalité gentillet tourne à vide pour aujourd'hui.


Mouais, j'aimerais bien que tu aies raison mais malheureusement quand on voit ce qu'il se passe en France actuellement, il est permis d'en douter... Le succès d'"Intouchable" ne suffit sûrement pas pour affirmer ceci, ça serait trop beau. Regarde par exemple l'histoire du rappeur remercié alors qu'il devait chanter pour le 29 mai. Mais bon, là où tu as raison, c'est qu'il s'agit justement ici de décisions d'élus locaux, et non du public, d"une forme de racisme institutionnalisé, donc.
casseur
 


Retourner vers référer ne pas conclure...