Le Redoutable

Discussions

Le Redoutable

Messagepar Roland » Mar 6 Fév 2018 05:56

J'ai regardé hier, le Redoutable, séduit par l'affiche, un peu rassuré par la présence de L.Garrel, et comme j’avais envie d’un film reposant, aussi facile qu’un biopic sur JLG tourné par un publicitaire (???), je me suis dit que j’allais prendre des risques à la maison, sans trop compromettre mes yeux.
En fait j'étais aussi curieux de constater ce qui pouvait rester de Godard après lavage par les professionnels de la profession et puis j’avais une petite idée que ce serait un moyen sympathique de faire un gros scandale sur ce forum, dès fois que j'apprécie la farce.
Or, ce qui m'a frappé, contrairement aux critiques que j'ai lu et qui défendaient toutes JLG, c'est le portrait qui m'a semblé aberrant de Wiazemsky.
Qui est résumée à une imagerie de jeune fille passive en culotte qui dore au soleil, incomprise autant qu’aimante, simple lolita désirable.
Alors que tout le monde sait parfaitement que Wiazemsky n’a jamais été ce personnage léger, à la mode, ni qu’elle fut jamais résumable au rôle d’égérie, ni qu’elle ressemblât jamais à Brigitte Bardot même de dos. Où est Wiazemsky boudeuse ? W intimidée ? W buttée ? W studieuse ?
Le mythe de la jeune fille a pourtant largement été rebattu par la Nouvelle Vague, où pour une fois la femme cessait d’être figurante, pour devenir interlocutrice, actrice.

Quant au portrait de Godard, il est presque moins faux, car du moins il repose sur une moquerie, tirée d’observations et de citations. C'est un portrait déformé, une caricature, et à l'évidence, Hazanavicius ne cherche pas à s'en cacher. Il a fait un film humoristique sur une rupture et vise à ridiculiser les prétentions d'un maître qui selon lui a cessé d'être un grand cinéaste après la Chinoise. C'est contestable, c'est un peu simplet mais pourquoi pas...

Vous avez vu l'objet du litige ? Qu'en pensez-vous ? Iriez-vous jusqu'à condescendre à regarder autre chose que de l'art et essai ?
Roland
 


Re: Le Redoutable

Messagepar JM » Mer 7 Fév 2018 15:55

Salut Roland,

J'ai vu aussi le film par curiosité. Il y aurait tellement de critiques à formuler (en plus de celles que tu formules déjà) que j'en suis découragé d'avance, et après tout je me dis que c'est peut-être pas plus mal que de traiter un tel truc par le mépris...

Il me semble quand même que Wiazemsky a plus ou moins participé au projet de l'adaptation cinématographique de son bouquin, et a défendu le film après sa sortie, donc...
JM
 

Re: Le Redoutable

Messagepar roland » Mer 7 Fév 2018 19:48

Hello Jean-Marie, Jean-Michel, Jean-Martin (?) JM

Je ne suis pas un très fidèle défenseur de Godard, donc le film ne m'a pas dérangé dans sa manière de déformer son sujet. Je l'ai presque vu comme une fiction pop. Et je l'ai vu sans soupirer de colère, alors que le Gainsbourg vie héroïque par exemple m'est insupportable. Tant je déteste en règle générale le principe d'imitations dans les biopics. D'ailleurs, la mode est retombée heureusement du tour de force grimaçant qui visait à la ressemblance.
A vrai dire, j'ai même trouvé L.Garrel plutôt bon dans le rôle, peut-être parce qu'il est fils de cinéaste...Et qu'il est capable d'un peu d'ironie...
Non vraiment, ce qui m'a surpris c'est Wiazemsky en Stacy Martin. J'ai trouvé le personnage complétement faux, uniquement construit sur de l'apparence, du chiqué. Elle est transparente. Elle avait 20 ans mais même à 20 ans, on ne peut pas être aussi lisse, incarner une sorte de voix de la raison en maillot de bain, de juste milieu et de la sagesse en allant se baigner à la plage. Sous les pavés, Wiazemsky donc, toute de sable.
Bref. Ça m'a donné envie de voir La Chinoise par contre. Faudra que j'essaie, mais n'étant pas très maoïste, j'ai des hésitations...

(J'espère que je ne vous dérange pas en m'invitant sur votre forum, je suis assez bavard.)
roland
 

Re: Le Redoutable

Messagepar Notebad » Jeu 8 Fév 2018 16:39

A mon avis tu n'arriveras pas à faire réagir JM sur ce film, comme je le connais ! :lol:

Perso je vois déjà pas mal de choses négatives sur le film dans tes propos même si tu as l'air de vouloir nuancer tes propos. A part le curieux personnage de Wiazemsky qui donne l'impression d'avoir affaire à un film qui veut pointer du doigt la misogynie de Godard et qui est en réalité lui-même misogyne (à part Wiazemsky, l'autre personnage féminin joué par Bejo est aussi gratiné), tu pointes aussi du doigt le ridicule d'une réalisation qui singe Godard en guise de pseudo-hommage.

Je crois qu'il y a quand même une forme de règlement de compte à travers ce film, c'est sans doute ce que sous-entendait JM en disant que l'actrice avait participé à sa réalisation. Chaque séquence ou presque a quand même pour finalité de se foutre ouvertement de la gueule du cinéaste en mobilisant tous les discours qui l'ont attaqué par le passé. Comble de la bouffonnerie, Hazanavicius en vient même à citer les situationnistes sans se demander ce que ces derniers penseraient de lui et de ses films à lui. La séquence nocturne de repas dans la villa après Cannes est particulièrement répugnante : On y voit longuement les deux femmes manger leur poulet de façon gourmande, mais leur gourmandise semble entièrement tournée vers le traquenard dans lequel se trouve à ce moment-là Godard qui est bloqué là dans le luxe alors qu'il souhaiterait rejoindre Paris pour lutter avec les étudiants et les ouvriers. Là j'ai l'impression que le film se venge a posteriori de ce que Godard a pu faire subir à ses acteurs à l'époque, en les plaçant volontairement dans des situations inconfortable pour leur faire prendre conscience de la classe sociale à laquelle il appartenaient. Idem dans la scène suivante dans la voiture. Règlement de compte de l'actrice (arrivée au mauvais moment dans le parcours du cinéaste) envers son ex-mari, mais aussi d'un cinéaste qui décide de prendre en charge, tel un ridicule zorro, toute la rancoeur accumulée des "professionnels de la profession" face à l'héritage énorme du génie créateur (et qui lâchement la fait porter par les spectateurs dans le film, à travers tous les gens que rencontre Garrel et qui lui disent que "c'était mieux avant"). C'est plutôt bon signe pour Godard, un signe de grande santé, de voir qu'il a encore des ennemis parmi les professionnels de la profession, même si ceux-ci ont à peu près le même type de discours débile depuis au moins 40 ans.

Je n'ai vu dans le film que Garrel faisant des efforts pour (mal) imiter Godard, façon "j'attends mon César pour ma prestation exceptionnelle". On peut comparer avec "Barbara" d'Amalric dans lequel le cinéaste décide de manière méta de nous montrer en même temps le biopic et la construction du biopic. Eh bien, dans ce dernier film qui prend pourtant du recul sur la représentation de la chanteuse, Barbara apparaît pourtant régulièrement à travers Balibar, c'est magnifique. Au contraire, dans le film d'Hazanavicius, on a affaire à un biopic plan-plan et traditionnel, et pourtant je n'ai jamais l'impression de voir Godard mais un mauvais ersatz de celui-ci.
Notebad
 

Re: Le Redoutable

Messagepar JM » Ven 9 Fév 2018 17:12

Salut Roland, c'est Jean-Maurice ! :roll:

Je n'ai vu dans le film que Garrel faisant des efforts pour (mal) imiter Godard, façon "j'attends mon César pour ma prestation exceptionnelle"


Notebad : de fait, je suis allé vérifié, l'acteur est bien nominé pour les Césars !!
JM
 

Re: Le Redoutable

Messagepar Roland » Sam 10 Fév 2018 05:18

Il y aurait pas mal de choses à dire sur les biopics d'ailleurs, sur l'imitation qui présente en définitive un trompe-l'oeil. Et même en accentuant le propos, peut-on chercher derrière ces faux-semblant, une sorte de correspondance avec l'air du temps et les médias qui véhiculent des images déformées mais ressemblantes.
Alors que l'information n'a plus lieu, et qu'on se trouve face à des copies par multiplications. Ou face à des cadre vides mais sans aucun tableau.
Et il me semble aussi que le meilleur biopic est le film des fr-res Coen, Inside Llewwyn Dewis justement parce qu'il ne copie rien et qu'il invente, qu'il imagine des situations et ne déforme donc pas.

Voilà, et pour le Redoutable, c'était une provocation que d'en discuter ici ! Et je vous remercie d'avoir jouer le jeu.
Roland
 

Re: Le Redoutable

Messagepar JM » Dim 11 Fév 2018 18:17

Roland a écrit:Il y aurait pas mal de choses à dire sur les biopics d'ailleurs, sur l'imitation qui présente en définitive un trompe-l'oeil. Et même en accentuant le propos, peut-on chercher derrière ces faux-semblant, une sorte de correspondance avec l'air du temps et les médias qui véhiculent des images déformées mais ressemblantes.
Alors que l'information n'a plus lieu, et qu'on se trouve face à des copies par multiplications. Ou face à des cadre vides mais sans aucun tableau.
Et il me semble aussi que le meilleur biopic est le film des fr-res Coen, Inside Llewwyn Dewis justement parce qu'il ne copie rien et qu'il invente, qu'il imagine des situations et ne déforme donc pas.

Voilà, et pour le Redoutable, c'était une provocation que d'en discuter ici ! Et je vous remercie d'avoir jouer le jeu.


Il est vrai que la plupart des biopics sont nullards, toujours construits dans le même moule. Le rapport à l'actualité je le verrais aussi dans cette manière de toujours mettre en avant des destins individuels propre aux biopics, là où on sait très bien que rien ne se construit jamais seul dans son coin, et ce y compris dans les films qui font mine de nous montrer cette mise à l'écart frauduleuse de l'autre pour qu'un seul arrive au sommet...

Je n'ai pas beaucoup de souvenirs du film des Coen, mais je crois que je suis encore une fois plutôt d'accord avec vous sur cette histoire de biopic. Je trouve par exemple les critiques de Depardieu sur le film d'Amalric ("pas la Barbara que j'ai connue") assez ridicules, peut-être parce que je ne connais quasiment rien de Barbara aussi ?! Je ne suis pas spécialement pour un vérisme absolu en biopic. Ca me rappelle la scène du Van Gogh de Pialat dans laquelle le modèle regarde le tableau qui le représente et s'exclame outré : "Mais ça n'est pas moi !" Et Van Gogh lui répond qqch du genre : "Mais ça n'est pas le but".
JM
 


Retourner vers l n'y a pas de porte...

cron