douce France (chère Europe)

Discussions

douce France (chère Europe)

Messagepar scripe » Jeu 28 Juil 2011 16:24

Clandestins : les reconduites à la frontière vont augmenter

INFO LE FIGARO - Fort des nouvelles dispositions législatives, le ministère de l'Intérieur devrait porter à 30.000 la cadence annuelle des éloignements d'étrangers en situation irrégulière.

À peine rentré de l'hôpital, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'attaque au dossier immigration. Le Figaro est en mesure de révéler que la Place Beauvau va augmenter le nombre de renvois des clandestins interpellés en France. Les 28.000 reconduites pour 2011 devraient être portées à 30.000. Un objectif qui pourrait être dépassé dès cette année.

«Depuis janvier, le niveau moyen de ces éloignements s'établit déjà à 2500 par mois», confie un cadre de la police aux frontières (PAF). Mai 2011 a par ailleurs connu un pic de 32% (3397 reconduites contre 2563 en 2010). Et juillet devrait confirmer la tendance, avec une hausse attendue de 7%.

La Place Beauvau veut y voir le signe de la «mobilisation sans faille des préfectures, notamment durant la crise tunisienne», mais aussi, depuis peu, «l'effet mécanique des nouvelles dispositions contenues dans la loi sur l'immigration votée en mai 2011». Un texte dont les principaux décrets d'application ont été publiés au Journal officiel le 18 juillet dernier.

Les préfets, il est vrai, comptent tout particulièrement sur ces nouveaux outils pour renforcer l'effectivité de leurs décisions, souvent contrecarrées par le juge judiciaire. Dorénavant, l'intervention du juge des libertés et de la détention (JLD) sera repoussée à cinq jours, au lieu de deux. Ce qui évitera à un clandestin d'être remis prématurément en liberté, si la procédure d'éloignement dont il fait l'objet se révèle juridiquement fondée.

Autre disposition phare entrée en application depuis quinze jours: la durée de rétention des étrangers en situation irrégulière peut aller jusqu'à 45 jours, au lieu de 32 précédemment. Cet allongement du délai donne plus de chance à l'administration d'obtenir des laissez-passer consulaires de la part des pays qui traînent souvent des pieds pour reprendre leurs ressortissants, comme la Chine, qui attend en moyenne 35 jours avant de délivrer un sésame, ou le Mali, qui en met environ 38.

Privilégier le «pragmatisme»

De l'aveu même du prédécesseur de Claude Guéant à Beauvau: la non-délivrance de laissez-passer représente «la première cause d'échec des procédures d'éloignement, soit 34% des cas». En Espagne, le socialiste Zapatero a pu porter le délai de rétention à 60 jours. Et l'Europe tolère jusqu'à 18 mois. Il sera toujours temps de faire modifier le délai tricolore si les résultats espérés tardent à venir.

En tout état de cause, l'équipe Guéant dit vouloir privilégier le «pragmatisme» dans la lutte contre l'immigration illégale. Et ce n'est pas sans satisfaction que l'hôte de Beauvau a pris connaissance, lundi dernier, de ce commentaire de la Commission européenne au sujet de la gestion de l'affaire tunisienne: «Du point de vue formel, les mesures prises par les autorités italiennes et françaises ont respecté la loi européenne», a déclaré la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström. Paris avait décidé de rétablir les frontières avec l'Italie au lendemain de la régularisation massive par Rome de quelque 25.000 Tunisiens. «Les contrôles de police menés par les autorités françaises ont été effectués en conformité avec le code de Schengen», a reconnu Mme Malmström, pourtant véhémente à l'égard de Paris, au début de la crise.

La commissaire a été jusqu'à proposer une plus grande latitude pour rétablir temporairement les contrôles aux frontières en cas de pression migratoire «forte» et «inattendue» ou de «défaillance» d'un État membre aux frontières extérieures de l'Union. Tout ce que réclamait Guéant.

L'Europe définira en septembre les critères visant à légitimer cette initiative. «Comme quoi la fermeté paie», ne peut s'empêcher de traduire l'un des plus proches conseillers du ministre.


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/07/27/01016-20110727ARTFIG00458-clandestins-les-reconduites-a-la-frontiere-vont-augmenter.php
scripe
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar VPV » Jeu 28 Juil 2011 17:32

'lut

Cette histoire de "mécanique" d'expulsion n'est pas que de la rhétorique. Outre que cela m'évoque des choses dans ma vie personnelle, cela me rappelle un film qui essayait d'en rendre compte pour le grand nombre, sur le terrain, derrière les images des journaux télévisés. Des notes, comme à la mode du coin :

Le film, c'est Illégal de Olivier Masset-Depasse. Il se passe en Belgique, cela rappelle tout d'abord que la politique abjecte d'expulsion des sans-papiers n'est pas un phénomène local, propre à la France. Cela se passe de la même manière ailleurs en Europe, en Belgique, en Suisse... le film prend pour pivot le personnage d'une mère biélorusse sans-papiers arrêtée et enfermée dans un camps de rétention tandis que son fils reste libre. Cette histoire compte en même temps comme sobre (refus du pathos d'une destinée tragique individuelle) point émotionnel du film que comme fil permettant une description (très documentée) des centres de rétention et des procédures d'expulsion. Sans effet de style, sans lourdes explications, Masset-Depasse dépeint les mécanismes policiers qui visent à "raccompagner" les sans-papiers dans leurs pays. MD démonte patiemment ce "raccompagner" froid qui cache la monstruosité de l'expulsion. Le film met ses personnages face à l'usure psychologique progressive calculée par les forces de l'ordre, la justice, les psys (les vrais flics d'aujourd'hui, du moins sans doute les plus dangereux comme gardiens de l'ordre, car leur utilité est politiquement stratégique et leurs verdicts peu spectaculaires moins facilement révoltants qu'un coup de matraque. On n'en a pas fini avec les sociétés disciplinaires !), d'abord pour leur faire accepter ce qu'on leur impose puis pour faire craquer les détenus si la première solution "en douceur" ne fonctionne pas. La rencontre croisée entre Aissa (qui lutte depuis des mois pour ne pas être expulsée et fini par se suicider) et Tania (qui en est à ses premières tentatives d'expulsion) est particulièrement parlante (ce que la première subit implique ce que va subir la seconde). Les idées relèvent plus de l'écriture que de la mise en scène (léger tremblé assez impersonnel). MD montre aussi qu'il n'est pas le seul à filmer : les policiers filment pour éviter les bavures lors de l'embarquement (rôle de témoin douteux, mécanique, de la caméra), les passagers de l'avion filment également (pour témoigner de la brutalité des flics, la vidéo se retrouvera passer la TV, même mécanique froide, factuelle, de l'enregistrement). Au contraire, MD essaye d'évoquer ce qu'il y a derrière ces images produites par le pouvoir.

Hélas, voir que son film est loué par la presse de droite (Parisien, L'Express, Figaro), qui par ailleurs soutient de telles politiques à longueur d'année (cf au-dessus), au nom d'un "humanisme" bienvenu qui s'y déploie, renvoie également le film de MD à une forme d'impuissance politique. Un film plus "juste" devrait sans doute être moins clair dans ses intentions, beaucoup plus "méchant" : propre à mordre les chiens policiers.
VPV
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar Mar_i » Dim 31 Juil 2011 18:07

J'ai l'impression, d'après ce que vous en dites VPV, que dans "Illégal" on est face à la représentation du type "l'Humanité face à la barbarie des dispositifs policiers étatiques". Le problème c'est que l'"Humanité", prise comme ça, sans autre forme de réflexion, c'est un truc plutôt flou et moral, et finalement assez consensuel. L'Humanité de chacun se règle en fonction de ses impératifs.

[Je pense au dernier film de Kechiche qui proposait quelque chose qui empêche quelque peu, il me semble, de trop faire corps avec la "victime" ou avec les "oppresseurs". Le spectateur est partout, la position est inconfortable, même s'il manquait quelque chose au film, à mon sens. Peut-être un volet actuel, quelque chose qui bouleverse également la structure trop "sage" du récit biographique ? "Mangez, dans l'ordre que vous voulez !" dit le docteur à Saartjie Baartman. C'est dans des petits détails comme cela que l'abjection prend tout son sens, ou comment le chic de l'humanité occidentale, c'est de se montrer assez libéral pour autoriser chez soi l'autre à manger son repas dans le désordre tout en lui ordonnant de manger.]

Un autre type de représentation classique est utilisé pour "éveiller les consciences" : la beauté comme saisi de la cause. A propos de sans-papiers, on peut prendre l'exemple (je crois qu'il y a un film français récent à propos des sans-papiers, qui utilise aussi ce genre de procédé) un peu saugrenu de Lady without passport de Joseph H. Lewis. Hedy Lamarr joue (mais totalement à côté de la plaque) ce personnage féminin qui doit faire succomber les spectateurs du côté de la bonne cause, de la régularisation, tandis que le récit se désintéresse plutôt de ses compagnons d'infortune. Autant dire que la beauté est un critère bien trop subjectif pour lui faire porter ce genre d'effort sur son dos ! Donc, à la base, ce type de représentation contient déjà une absurdité, joue sur des critères de beauté qui ne font bien souvent que répondre à certains canons temporels, géographiques...

Image

[Kechiche ne cesse de traquer la beauté de son actrice au milieu de l'atrocité. Cela fait d'ailleurs tenir à votre ami JM Frodon (hi hi) ce genre de propos : "Sa façon de raconter l'histoire, la durée des plans, l'usage rythmique du montage - qui ne vise pas forcément la clarté du récit ni sa progression dramatique. La façon de questionner l'obscénité, d'interroger ce qu'on montre quand on montre un visage, un corps de femme, des fesses: en un sens, Brigitte Bardot, dans "Le Mépris", sert à Kéchiche pour filmer la "Vénus noire"." C'est un peu ambigu, cherche-t-il à renverser des préjugés esthétiques plutôt qu'à jouer de sa beauté pour interpeler, comme je disais précédemment il place surtout les spectateurs dans une position inconfortable où il peut justement s'interroger sur ce type de représentation. ]
Mar_i
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar bricedeNice » Dim 31 Juil 2011 21:38

bonjour,

mais comme dirait l'autre "que peut le cinéma ?"
bricedeNice
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar JM » Sam 6 Aoû 2011 00:47

Je sais pas.

Après avoir lu le dernier bouquin de Didi-Huberman sur Farocki, je me dis que tout ça est très intéressant, passionnant même (même si la démonstration est parfois un peu longuette et répétitive) mais que, comme il le constate d'ailleurs lui-même à un moment donné, hors de la salle ou du musée la guerre n'en continue pas moins de faire rage, avec ou sans "Feu Inextinguible". Pire, peut-être, comparé à l'époque de la guerre du Vietnam, l'opinion publique d'aujourd'hui teinte le fait qu'elle n'est pas concernée par les récents conflits à distance (Irak, Libye, Afghanistan..) d'un mépris global (pour les agresseurs comme pour les agressés) et d'une absence quasi-totale d'indignation. N'y voir ici aucune forme de procès contre DH ni HF, mon agacement reste sans doute tout "intellectuel"...les sorties de DH contre Virilio, après celles contre Agamben dans son précédent bouquin, me paraissent dérisoires et mal placées car elle "attaquent" des motifs de pensée politiques, précisément là où DH ne s'est jamais vraiment aventuré, sinon sur un mode esthétique (ce qui est essentiel mais ne peut être suffisant).

A propos de la guerre, et de beaucoup d'autres choses, ce qui me frappe quand je reviens en France, c'est à quel point la classe moyenne est désormais totalement déconnectée (forme de consentement) des prises de décisions politiques venant d'en-haut. D'accord ou pas, elle fait avec, point. Pose-toi pas de question, consomme, t'occupe pas de ce qui t'entoure, juste de tes projets personnels. C'est en fait quelque chose qui est propre à la classe moyenne, on trouve la même chose en Chine, en pire évidemment puisqu'il y est de toute façon interdit de se retourner contre le régime, ce qui calme les ardeurs. En France, c'est le système de vote qui rabat in fine tout mécontentement sur la résignation, si bien que le déferlement d'opinions libres a à peu près le même effet politique que sa censure. C'est là que je suis rongé, sur cette ligne poreuse entre "démocratie" et dictature, avec une interrogation sur ce que peut devenir l'abstention de plus en plus massive des Français aux élections...

JM
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar JM » Mar 9 Aoû 2011 15:51

Beaucoup de documents sur le site internet du prochain film d'E. Perceval et N. Klotz, Low Life : http://www.lowlifefilm.com/.

Et toujours le numéro 5 des Spectres du cinéma autour de leurs films : http://www.spectresducinema.org/?p=234.

Figure, entre autre, sur le site virtuel de Low Life, le film Zombies en streaming.
JM
 


Re: douce France (chère Europe)

Messagepar casseur » Ven 12 Aoû 2011 01:02

D'autres chiffres, moins dramatiques, mais qui moi m'estomaquent aussi :

Ce mardi 26 juillet, France 2 proposait, en seconde partie de soirée, une captation particulière de la pièce Mademoiselle Julie , avec Juliette Binoche. L’expérience filmée par Nicolas Klotz lors du Festival d’Avignon n’a pas tenu la concurrence de Grey’s Anatomy , diffusée sur TF1.

En effet, diffusé dès 22h25, alors qu’Harry Potter et la coupe de feu n’était pas terminé sur la première chaîne, Mademoiselle Julie a captivé environ 350 000 curieux, soit 2.5% de part de marché.

Tandis que la Une est arrivée en tête des audiences avec trois épisodes de la série médicale. Les aventures sentimentales du personnel du Seattle Grace Hospital ont diverti 1.8 million de fans durant l’épisode « Plaisir d’offrir » , soit 21.3% du public présent devant son petit écran entre 23h25 et 0h15.

Puis, « Un changement s’opère » accueillait Addison Montgomery, de retour pour soigner la fille enceinte de Mark. Les fidèles étaient alors 1.45 million pour suivre l’épisode, soit 28.4% de part d’audience.

Enfin, à 1 heure du matin, ils étaient 1.1 million devant l’épisode « Entre amour et chirurgie » , soit 33.7% du public encore debout.


J'aurais jamais pensé qu'un programme TV pouvait n'être regardé que par 350 000 personnes sur toute la France , même en deuxième partie de soirée, même pendant l'été. Surtout quand on voit les chiffres en face. Un combat entre "fidèles", "fans" et "curieux"...
casseur
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar bu9zi » Jeu 25 Aoû 2011 19:07

l'échange, via Libé et le forum des spectres du cinéma, entre Branco, Waintrop, Azoury et Melgar le réalisateur de Vol spécial suite aux propos de Branco au festival de Locarno :

http://spectresducinema.1fr1.net/t952p15-vol-special-fernand-melgar-2011#22897

Contre le fascisme ordinaire, au contraire de Waintrop, j'évoquerais l'effet V de Brecht contre le réalisme bourgeois (même si c'est censé concerner d'abord le roman et le théâtre, la fiction), plutôt que Maysles vs Kramer. J'ai l'impression qu'on se retrouve ici dans le cas typique où le principe de description "réaliste" est censé faire remonter à la surface, de lui-même, (moins les conflits de classe que) les mécanismes de répression. D'où le fait que ça se bagarre à propos de ce que chacun croit avoir vu dans le film, mais sans réelle prise. Dans la réponse de Melgar, la distanciation arrive après coup (trop tard), en "bonus", le cinéaste dit enfin avoir fait le film pour montrer aux Suisses qui votent pour ces lois leurs conséquences. Au lieu de remettre en cause, d'ausculter cette "démocratie" paradoxale qui joue en faveur de telles lois xénophobes avec les spectateurs, on voit bien que Melgar, comme le directeur du centre interviewé, se cache au contraire derrière pour défendre la neutralité de son film. C'est au mieux maladroit, au pire stupide.

Ici une liste de films produits par Branco. Pour voir que sa réputation de producteur "politiquement engagé" est un mythe total.
bu9zi
 

Re: douce France (chère Europe)

Messagepar anonyme » Dim 28 Aoû 2011 00:55

bu9zi a écrit:Ici une liste de films produits par Branco. Pour voir que sa réputation de producteur "politiquement engagé" est un mythe total.


il faut deja un certain courge pour produire autant de cineastes (petits & grands)bourgeois dans une industrie de gauche telque le cinema !!
anonyme
 

Suivante

Retourner vers l n'y a pas de porte...

cron