Page 1 sur 6

les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Jeu 24 Oct 2013 23:07
par casseur
"The Heat" de Paul Feig (2013).

Je sais pas si le film est sorti en salle ou s'il est directement sorti en DVD ou VOD, comme ça se fait bien maintenant. Comédie terminale sur le thème rebattu du binôme de flics improbable, comme Hollywood s'épuise encore à en produire à un rythme régulier depuis des années. Personne n'y croit, personne ne s'y intéresse, et pourtant ça continue, mais à quel prix ? L'humour tourne à vide, les acteurs cachetonnent, la réalisation est en roue libre. Si seulement ça pouvait achever le genre une bonne fois pour toute...

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Ven 25 Oct 2013 22:56
par JM
casseur a écrit:"The Heat" de Paul Feig (2013).

Je sais pas si le film est sorti en salle ou s'il est directement sorti en DVD ou VOD, comme ça se fait bien maintenant. Comédie terminale sur le thème rebattu du binôme de flics improbable, comme Hollywood s'épuise encore à en produire à un rythme régulier depuis des années. Personne n'y croit, personne ne s'y intéresse, et pourtant ça continue, mais à quel prix ? L'humour tourne à vide, les acteurs cachetonnent, la réalisation est en roue libre. Si seulement ça pouvait achever le genre une bonne fois pour toute...


Dans le même genre, "The Other Guys" était pourtant pas mal il y a quelques années... Un petit texte sur le film ici. Comme quoi il faut jamais complètement perdre espoir, il y a toujours des réas qui peuvent débarquer d'on ne sait trop où, et renouveler un minimum le truc.

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Sam 26 Oct 2013 22:29
par casseur
JM a écrit:il y a toujours des réas qui peuvent débarquer d'on ne sait trop où, et renouveler un minimum le truc.


Note que Adam McKay ne sortait pas tout à fait de nulle part. Il avait déjà réalisé avant d'autres films hilarants comme "Anchorman" en 2004 (produit par Apatow à la bonne époque) sur le milieu des présentateurs TV. On peut pas dire que ça vaille grand chose au niveau mise en scène mais les gags sont bien trouvés et le milieu de la TV ainsi que les codes hollywoodiens sont bien dégommés (excellente baston de rue entre présentateurs concurrents, à la "Gangs of New York"). C'est beaucoup plus sympa et moins puant que la comédie Morning Glory dont il était aussi question à une époque sur le site. Il semble qu'il y ait une suite de "Anchorman" prévue pour cette fin d'année.

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Mer 30 Oct 2013 23:01
par Notebad
casseur a écrit:
JM a écrit:il y a toujours des réas qui peuvent débarquer d'on ne sait trop où, et renouveler un minimum le truc.


Note que Adam McKay ne sortait pas tout à fait de nulle part. Il avait déjà réalisé avant d'autres films hilarants comme "Anchorman" en 2004 (produit par Apatow à la bonne époque) sur le milieu des présentateurs TV. On peut pas dire que ça vaille grand chose au niveau mise en scène mais les gags sont bien trouvés et le milieu de la TV ainsi que les codes hollywoodiens sont bien dégommés (excellente baston de rue entre présentateurs concurrents, à la "Gangs of New York"). C'est beaucoup plus sympa et moins puant que la comédie Morning Glory dont il était aussi question à une époque sur le site. Il semble qu'il y ait une suite de "Anchorman" prévue pour cette fin d'année.


Bonjour casseur,

Du coup j'ai téléchargé et regardé Anchorman et ça m'a pas semblé formidable, à l'exception de quelques passages. Il y a quelques gags rigolos mais comme tu dis, niveau mise en scène, ça casse pas des briques. J'ai eu l'impression de voir un vieux film des ZAZ, beaucoup de gags m'ont paru bien réchauffés.

J'ai vu aussi La fille du 14 juillet, je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus naze que ça étant donné la réserve massive des milieux de la critique internet (où il est à mon avis beaucoup question de règlement de compte franco-français, pour pas dire parisiano-parisien), pour une fois curieusement à la hauteur de l'engouement de la presse. J'ai pas mal ri, le rythme est très bon, il y a de belles choses, c'est quand même le principal pour une comédie. Indépendamment des références incessantes à la NV, il y a aussi quelques trucs qui font ZAZ (genre la serrure labyrinthique du docteur quand il vient ouvrir la porte). C'est sûr que c'est pas très original, on sait d'où vient la plupart du film, mais quand les références permettent de donner un peu d'air à un film (en particulier français), ça fait plaisir. Je préfère mille fois ces emprunts-là à ceux d'Honoré qui font baigner ses films dans le formol. J'arrête là, faut pas transformer ce topic sur les nanars en topic sur les comédies, y'a pas de raison ! :lol:

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Jeu 31 Oct 2013 08:02
par Chantal
Ah bon, il est descendu sur internet le film de Peretjatko, j'avais trouvé ça plutôt sympa moi aussi, et très au-dessus de la moyenne des comédies françaises de ces dernières années. J'ai l'impression qu'il y a un côté un peu pisse-froid chez un grand nombre de critiques du net, qui eux-même font très peu preuve d'humour (heureusement car généralement quand ils s'y essaient ils sont pas drôles du tout!), donc c'est pas étonnant qu'ils sachent pas reconnaître et apprécier une comédie qui pour une fois est amusante.

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Jeu 31 Oct 2013 08:42
par Chantal
ah oui, sinon il y a un temps on parlait de Cavalier, pour moi ce film de Peretjatko est le contre-pied absolu d'un film comme "Le plein de super" (ce qui ne peut être étonnant puisque les références du passé avec lesquelles il travaille s'opposaient déjà à l'époque en tout au cinéma de Cavalier).

D'abord le film s'inscrit pleinement dans son époque, au présent, jouant même d'une sorte d'anticipation tragi-comique, et puis la mise en scène est à l'image des personnages qui se libèrent, elle est dans le même mouvement d'insouciance qu'eux et ça c'est essentiel pour emporter les spectateurs avec elle (au contraire de Cavalier qui cadenasse la fugue des personnages par sa maîtrise, qui du coup sent le renfermé et nous laisse sur le bord de la route).

Merde il est tard, je vais me coucher sinon quand le soleil e lèvera il n'y aura personne pour s'occuper de mes bêtes!

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Jeu 31 Oct 2013 15:09
par Notebad
Chantal a écrit:Ah bon, il est descendu sur internet le film de Peretjatko, j'avais trouvé ça plutôt sympa moi aussi, et très au-dessus de la moyenne des comédies françaises de ces dernières années. J'ai l'impression qu'il y a un côté un peu pisse-froid chez un grand nombre de critiques du net, qui eux-même font très peu preuve d'humour (heureusement car généralement quand ils s'y essaient ils sont pas drôles du tout!), donc c'est pas étonnant qu'ils sachent pas reconnaître et apprécier une comédie qui pour une fois est amusante.


Pour sortir du film et prétendre qu'on a rit seulement deux ou trois fois comme je l'ai lu ici ou là, faut effectivement avoir un léger problème personnel ou être de très mauvaise foi (pour une raison que j'ignore, mais qui a tout l'air d'être qu'il est de bon ton de dégommer en trois lignes tout ce qui est un peu "tendance" sur la place parisienne, quand bien même certaines "qualités" cinématographiques et humoristiques soient bel et bien indéniablement au rendez-vous).

Après il y a aussi ceux qui font l'apologie de "The Heat" (voir plus haut) en bons apôtres du nanar, et qui dans le même temps dégueulent tout ce qu'ils peuvent sur "La fille du 14 juillet" en criant au nanar. Une fois la catégorie "nanar" leur sert à brosser dans le sens du poil, une fois elle leur sert à montrer du doigt. Il y a chez eux un deux poids, deux mesures du nanar (mais toujours utilisé pour se donner un air important face aux autres) : l'authentique nanar américain d'un côté qu'il est toujours bon de louer, et le film français qu'ils transforment en nanar et mérite du coup tout leur mépris.

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Jeu 31 Oct 2013 23:04
par weightwatchers
Notebad a écrit:Après il y a aussi ceux qui font l'apologie de "The Heat" (voir plus haut) en bons apôtres du nanar, et qui dans le même temps dégueulent tout ce qu'ils peuvent sur "La fille du 14 juillet" en criant au nanar. Une fois la catégorie "nanar" leur sert à brosser dans le sens du poil, une fois elle leur sert à montrer du doigt. Il y a chez eux un deux poids, deux mesures du nanar (mais toujours utilisé pour se donner un air important face aux autres) : l'authentique nanar américain d'un côté qu'il est toujours bon de louer, et le film français qu'ils transforment en nanar et mérite du coup tout leur mépris.


on veut des noms

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Ven 1 Nov 2013 06:22
par JM
weightwatchers a écrit:
Notebad a écrit:Après il y a aussi ceux qui font l'apologie de "The Heat" (voir plus haut) en bons apôtres du nanar, et qui dans le même temps dégueulent tout ce qu'ils peuvent sur "La fille du 14 juillet" en criant au nanar. Une fois la catégorie "nanar" leur sert à brosser dans le sens du poil, une fois elle leur sert à montrer du doigt. Il y a chez eux un deux poids, deux mesures du nanar (mais toujours utilisé pour se donner un air important face aux autres) : l'authentique nanar américain d'un côté qu'il est toujours bon de louer, et le film français qu'ils transforment en nanar et mérite du coup tout leur mépris.


on veut des noms


J'ai "connu" sur internet un type capable de telles idioties mais ça vaut vraiment pas la peine de le citer, je sais pas si c'est le même. Probablement pas.

Re: les nanars (car il est sain de perdre un peu son temps)

MessagePosté: Jeu 19 Déc 2013 10:18
par Luc
Le biopic sur Hannah Arendt. Qui ne connait rien de la pensée d'Arendt, ne se souviendra après le film que d'une femme qui fumait beaucoup de cigarettes.