Capital Hark

Discussions

Capital Hark

Messagepar Sword7 » Mar 6 Sep 2011 17:00

Image

Des nouvelles de Tsui Hark. J'ai fait quelques recherches sur internet après l'avoir vu à la TV hier dans le bus qui m'amène au travail chaque matin.

Son nouveau film (encore un wuxiapian) sort en décembre sur les écrans chinois. C'est une remise au goût du jour du, dans mon souvenir, très bon "New Dragon Gate Inn" (1992) qui était déjà un remake de "Dragon Gate Inn" (1966) de King Hu. Le film ne s'appelle pas "Latest Dragon Gate Inn" mais "The Flying Swords Of Dragon Gate". Il fait déjà pas mal parler de lui car il s'agira du premier film en IMAX + 3D chinois. Autrement dit le réalisateur, comme beaucoup d'autres (et pas forcément les plus "divertissants"), compte bien exploiter également les petits joujoux technologiques dernier cri à disposition pour gonfler les ventes de billets en salles.

La suite cet hiver..
Sword7
 

Re: Capital Hark

Messagepar JM » Mar 6 Sep 2011 23:59

Salut sword7,

Il y a aussi ce projet :

China.org nous apprend également que Tsui Hark travaillerait à un nouveau projet, une adaptation de Lin Hai Xue Yuan (aka Taking Tiger Mountain by Strategy, titre repris plus tard par Brian Eno pour son second album solo). Tiré d'un roman de la fin des années 50 de Qu Bo, dont l'action se situe durant la Guerre Civile de 1946, Lin Hai Xue Yuan est devenu l'un des huit opéras de Pékin durant la révolution culturelle. Petite explication : pour rénover l'opéra chinois traditionnel afin qu'il soit conforme aux idéaux du régime, Mao avait chargé sa femme de superviser ce qui sera la seule forme d'expression artistique autorisée durant la période. En ressortiront huit opéras, qui furent entre 1966 et 1976 joués sur scène, diffusés sans cesse à la radio, et enseignés à l'école. Tout le monde chez soi, seul, en famille ou en public se devait de les chanter et les connaitre. Ils font, même encore aujourd'hui, partie du patrimoine culturelle et populaire chinois. Ils sont emblématiques.


http://cinema.fluctuat.net/blog/50092-tsui-hark-est-sur-orbite-et-refait-la-revolution.html

apparemment c'est plus qu'une rumeur.. je sais pas trop ce qu'il faut penser du fait que ça fait "encore partie du patrimoine culturel chinois" vu qu'officieusement la particularité de ce "patrimoine" est de se voir bannir aujourd'hui tout ce qu'il y avait de subversif et révolutionnaire hier...
JM
 

Re: Capital Hark

Messagepar Sword7 » Dim 25 Déc 2011 23:29

Bon voilà, je suis allé voir le film. Ca n'est pas emballant. On ne sent pas vraiment de souffle personnel dans ce film (même si je me souviens plus trop, je dirais que c'est grosso modo un calque de L'Auberge du Dragon, donc j'ai l'impression qu'Hark a bien refait le film avec pour seul argument la 3D et tout le bazard), contrairement à son précédent. La 3D en fout plein la vue les 15 premières minutes, comme souvent, après ça se tasse. Il y a dans les premiers plans une bonne utilisation de la plongée et de la contre-plongée, points de vue qui fonctionnent très bien avec la 3D. Sinon, dans certaines scènes Hark travaille aussi le son, comme pour montrer que l'ambiance sonore ne saurait être oubliée au profit de la 3D. Ce qui m'a frappé avec la 3D, ce sont les visages des acteurs, qui filmés en gros plans, révèlent plus que jamais les imperfections de leurs peaux (rides de Jet Li) et (sous) leurs maquillages. A tel point que je me suis demandé si certains d'entre eux pourraient refuser de tourner en 3D, ou même être virés d'un tournage (ou le retarder) parce qu'ils ont un bouton un peu ingrat qui leur a poussé quelque part sur le visage en cours de tournage.

Le plus étrange du film : la fin. Alors qu'arrive la seconde tempête de sable, le film stoppe brutalement et on passe à 10 dernières minutes de happy-end. C'est très bizarre, on dirait qu'Hark a changé sa fin, c'est l'effet (très grossier) que ça fait en tout cas. Ou alors peut-être qu'il ne savait pas trop comment terminer, en tout cas c'est une des grosses faiblesses du film.

Pour finir, ruines de miniatures pour tournages d'époque dans une ville-décor de cinéma à Wuxi :

Image
Sword7
 

Re: Capital Hark

Messagepar JM » Lun 26 Déc 2011 11:58

Salut Sword7,

Je suis aussi allé le voir pour Noël. Je partage tes remarques. Je trouve qu'il y a trop de personnages, on a du mal à s'attacher à ceux-ci d'autant qu'ils sont croqués assez sommairement. Comme souvent dans le genre, des intrigues un peu lourdingues empêchent le film de prendre de la légèreté et de nous emporter comme la tempête de sable emporte, fait virevolter très haut, les deux combattants au dessus du désert. La "crudité" des visages des acteurs avec la 3D est à comparer avec les multiples jeux sur les visages dans "Detective Dee", au désavantage de "The Flying Swords of Dragon Gate".

Je pense qu'il y a avec la 3D-IMAX l'intention des exploitants de relancer les films en salle face à la profusion de séries TV en costumes et qui racontent plus ou moins les mêmes histoires, comme le procédé Cinémascope en son temps. Comme j'écrivais à David l'autre jour, en regard du film de Tsai Ming Liang "Goodbye Dragon Inn" qui mettait le premier "Dragon Inn" de King Hu au centre de son hommage mélancolique à la fin des petites salles de cinéma chinoises, ce type de nouveau film prouve que quelque chose subsiste, pour le meilleur et pour le pire.

La toute fin, avec la mort subite de la princesse laisse penser à un empoisonnement malgré les explications finales sur sa maladie. Je ne sais pas ce que tu en penses ? On voit avant que la fille de l'auberge était, avec ses petits camarades, une spécialiste en poisons.

Je garde un souvenir lointain de "New Dragon Gate Inn", plutôt des sensations que des éléments du scénario, je crois. Je me souviens que le film m'avait particulièrement marqué à une époque où je regardais beaucoup de wu xia pian en VHS avec quelques copains spécialistes. Je plaçais ce film au-dessus du lot, mais je n'arrive pas à me souvenir exactement pourquoi, je pense qu'il s'agissait de la forme. Il faudra que je le revois. En attendant, je crois pas que "The Flying Swords of Dragon Gate" me laissera grand chose ..
JM
 

Re: Capital Hark

Messagepar Chantal » Mar 27 Déc 2011 17:49

Joyeuse fin d'année à vous, même si le Nouvel An chinois est encore loin ! Et merci pour toutes vos nouvelles de là-bas. Pourvu que ça dure !! ;)

Image
Image
Chantal
 

Re: Capital Hark

Messagepar JM » Mar 27 Déc 2011 19:02

Hi Chantal,

Merci pour ton message, meilleurs voeux à toi et tous les visiteurs du site, du forum, du soir, du matin également.

J'ajoute :

Image

;)
JM
 

Re: Capital Hark

Messagepar Sword7 » Mar 27 Déc 2011 23:13

Tous mes voeux ! (et joli montage)

Je pense qu'il y a avec la 3D-IMAX l'intention des exploitants de relancer les films en salle face à la profusion de séries TV en costumes et qui racontent plus ou moins les mêmes histoires, comme le procédé Cinémascope en son temps.


Dragon Gate Inn existe aussi en série TV, ça date de la fin des années 90 (donc après les deux premiers films de cinéma de Tsui Hark et King Hu), c'est une série hongkongaise.

C'est vrai qu'il y a plusieurs trucs assez bizarres à la fin..c'est un peu n'importe quoi..je n'avais pas pensé à cette histoire de poison mais c'est possible qu'il faille voir là encore une dernière intrigue. J'avais juste trouvé ces derniers plans parachutés et complètement foireux.

Il y a encore (comme dans plusieurs des derniers films de TH) pas mal de choses qui sont en lien, non seulement avec le visage, mais plus précisément avec l'oeil dans le film. Je ne vois pas trop où cela va nous mener mais il faudra en reparler plus longuement prochainement, tenter d'y voir plus clair..

Image
Sword7
 

Re: Capital Hark

Messagepar Sword7 » Jeu 24 Mai 2012 09:58

J'ai regardé un vieux DVD de Shanghai Blues (Tsui Hark, 1984) acheté dans la rue et j'ai pas tenu jusqu'au bout. Je m'attendais à un film historique mais je suis tombé sur un film histrionique. Comédie pâteuse à base de comique de répétition et de tarte à la crème. Et surtout incessante hystérie féminine insupportable pour les oreilles et les nerfs. Aucune idée de mise en scène, on est probablement dans ce que Tsui Hark a fait de pire. S'il on ne voit que ça, on peut se demander comment le cinéaste a été qualifié de cinéaste "Nouvelle Vague" ?! Il est ici plus proche d'un De Funès.
Sword7
 

Re: Capital Hark

Messagepar Sword7 » Ven 19 Oct 2012 16:40

China.org nous apprend également que Tsui Hark travaillerait à un nouveau projet, une adaptation de Lin Hai Xue Yuan (aka Taking Tiger Mountain by Strategy, titre repris plus tard par Brian Eno pour son second album solo). Tiré d'un roman de la fin des années 50 de Qu Bo, dont l'action se situe durant la Guerre Civile de 1946, Lin Hai Xue Yuan est devenu l'un des huit opéras de Pékin durant la révolution culturelle. Petite explication : pour rénover l'opéra chinois traditionnel afin qu'il soit conforme aux idéaux du régime, Mao avait chargé sa femme de superviser ce qui sera la seule forme d'expression artistique autorisée durant la période. En ressortiront huit opéras, qui furent entre 1966 et 1976 joués sur scène, diffusés sans cesse à la radio, et enseignés à l'école. Tout le monde chez soi, seul, en famille ou en public se devait de les chanter et les connaitre. Ils font, même encore aujourd'hui, partie du patrimoine culturelle et populaire chinois. Ils sont emblématiques.


Image

Image
Sword7
 

Re: Capital Hark

Messagepar JM » Dim 16 Déc 2012 23:56

JM a écrit:Je garde un souvenir lointain de "New Dragon Gate Inn", plutôt des sensations que des éléments du scénario, je crois. Je me souviens que le film m'avait particulièrement marqué à une époque où je regardais beaucoup de wu xia pian en VHS avec quelques copains spécialistes. Je plaçais ce film au-dessus du lot, mais je n'arrive pas à me souvenir exactement pourquoi, je pense qu'il s'agissait de la forme. Il faudra que je le revois. En attendant, je crois pas que "The Flying Swords of Dragon Gate" me laissera grand chose ..


Bon ben voilà, j'ai revu "New Dragon Gate Inn", et je me suis à nouveau vraiment régalé. Ce film est de très haute volée (et voltige), rien à voir avec le remake qu'il en a fait en 3D (sorti il y a un an jour pour jour en Chine, il me semble, mais d'ailleurs jamais sorti en France je crois !). Comme quoi, on peut parfois (pas toujours) se fier à ses souvenirs... Hark utilise des focales totalement improbables avec des angles de vue déments, notamment en début de film, ce qui provoque des effets au moins aussi vertigineux que ceux procurés par la 3D. Quand à l'histoire, elle est épurée - exit l'histoire débile de trésor à la fin -, mais non expurgée (le cannibalisme, les évocations érotiques) contrairement à la version récente. Elle est ramassée autour de l'unité de lieu (carrefour) de la fameuse auberge. Les situations sont excellentes, avec parfois cette dose de sous-entendus et de jeux faussement naïfs - en particulier entre personnages de sexe opposé - qui font la quintessence des films de Hark (loin des dialogues lourdingues de ses comédies). Il fait notamment dire à Maggie Cheung, propriétaire des lieux et nymphomane, des dialogues très osés ("si tu me donnes ce regard toute la vie, je suis prête à t'ouvrir tous mes passages... tu sais ce que je veux.").

Je voudrais aussi revenir sur la scène où les deux femmes qui se rencontrent pour la première fois tentent de se déshabiller mutuellement (Maggie Cheung finira nue sur le toit de son auberge à chanter au clair de lune, au moment où arrive le héros - amour de l'autre femme - qu'elle accueille roulée dans la bannière de l'auberge). Ce moment me fait penser à ce que dit Cavell de "Bringing Up Baby" (de Hawks) :

Ce processus par lequel ils essayent de se déshabiller mutuellement en public exprime l'effet que l'intérêt d'un être humain suscitera chez un autre, parlons d'une loi de l'attraction, effet qui peut se comprendre aussi bien comme exhibant ce que la réaction d'une personne à une autre a de signifiant, que comme révélant leur vulnérabilité mutuelle à la présence de l'autre. (Nous pouvons y voir la quatrième loi du mouvement, loi des sujets et non pas des objets, qui est une étude essentielle de la caméra).


On ne saurait dire mieux à propos de ce ballet.

Il y a aussi dans les meilleurs films de Hark un côté toons chez les personnages, dans ce qu'ils ont d'équivoque (renforcé par le fréquent brouillage des sexes), suivant l'analyse faite par Agamben de ces petits personnages animés. Citation à suivre...
JM
 

Suivante

Retourner vers l n'y a pas de porte...

cron